Bien que très épurée et parfois abstraite, la peinture de l’artiste peintre Nadia Vuillaume a été classifiée par les critiques d’art, en 2012, dans la représentation figurative expressive, voire néo-figurative, plus ou moins allégorique et allant jusqu’au cubisme.

Cela s’explique par l’importance qu’elle donne aux lignes et aux traits qui structurent ses champs colorés. La ligne apporte la représentation et la couleur donne l’ambiance.

C’est cette recherche difficile d’un équilibre entre ligne et couleur que l’artiste travaille afin d’aller au-delà de la représentation simple. Elle fait une exploration profonde de l’intériorité de son sujet pour lui donner une dimension spirituelle.

Quand elle représente un sujet, qu’il soit vivant ou seulement matériel, elle ne s’accroche jamais à sa représentation visuelle, qui est accessible à tout un chacun, mais à son histoire, à ce qu’elle en perçoit.

C’est son ressenti qui sera sur la toile, sa sensibilité.

Chaque tableau est codifié par le trait, la couleur et, parfois, par quelques signes que l’artiste laisse ici et là.

Faute d’écrire, Nadia Vuillaume peint ses doutes, ses appréhensions, ses craintes, ses peurs, mais aussi l’espoir et la joie. Ses sujets ont une âme, une histoire et, pour un temps, une relation avec elle. Chaque toile parle. Il faut juste vouloir s’y arrêter et la lire. Dans un monde fermé à l’écoute de l’autre, à toute sensibilité, à toutes émotions, l’artiste peintre Nadia Vuillaume œuvre pour que sa peinture sensibilise, interpelle, questionne, ouvre au dialogue. Il n’est point question de jugement mais de tolérance, d’amour, de compassion.

La variété des sujets et des techniques abordés est un refus, en tant qu’artiste, d’être enfermée dans un style défini, dans une technique déterminée et irréversible où Nadia Vuillaume ne saurait survivre.

Sa volonté est de se dépasser, d’emprunter tous les chemins de la représentation picturale. Nadia Vuillaume avance et crée telle une funambule, sans limite, sans barrière, oscillant entre figuration et abstraction.